Biographie de JEAN ROSTAND

Fils du dramaturge Edmond Rostand et de la poétesse Rosemonde Gérard. Il est licencié en sciences de la Faculté de Paris, Jean Rostand s’installe à Ville-d’Avray en 1922, à la mort de son père. Après avoir participé à la création de la section de biologie au Palais de la Découverte, en 1936, il fonde à Ville-d’Avray son propre laboratoire indépendant et se tient à l’écart des structures universitaires qu’il juge trop contraignantes. Très intéressé par les origines de la vie, il étudie la biologie des batraciens (grenouilles, crapauds…), la parthénogenèse, l’action du froid sur les oeufs… et fait la promotion de multiples recherches sur l’hérédité.

Jean Rostand commence par publier quelques essais philosophiques puis partage son temps entre son métier de chercheur et une très abondante production scientifique et littéraire. Avec conviction et enthousiasme, il s’efforce de vulgariser la biologie auprès d’un large public et d’alerter l’opinion sur la gravité des problèmes humains qu’elle pose. Considérant la biologie comme devant être porteur d’une « morale », il met en garde contre les dangers qui menacent les hommes lorsqu’ils jouent aux apprentis sorciers.

Homme de science, biologiste, pamphlétaire, moraliste, Jean Rostand est aussi pacifiste (il milite contre l’armement atomique). Il est un athée convaincu, libre penseur (président d’honneur de la Libre Pensée). Sans jamais faire preuve de sectarisme, il montre une très grande ouverture d’esprit et honnêteté intellectuelle.
Jean Rostand entre à l’Académie Française en 1959 et continue ses campagnes d’information lors de conférences, à la radio ou à la télévision. “La seule chose qu’on ne peut embellir sans qu’elle en périsse, c’est la vérité.”

Historique du lycée

1975 : création du lycée
1984 : création du BTS Electronique
1990 : création du BTS CIM
1993 : création du BEP Microtechniques-intégration de la SEP
2004 : transformation BEP en Bac Pro 3 ans Microtechniques
2006 : création BTS IRIS
2009-2012 : début et fin des travaux liés à la rénovation

 

 

Hafid ADNANI

Le Proviseur